Et si notre corps était un phare qui éclairait le chemin jusqu’à nos émotions ?

Découvrir l’importance du corps dans la construction des émotions est primordial pour pouvoir augmenter notre conscience corporelle et réduire les tensions qui peuvent avoir une cause émotionnelle.
Comment les émotions influent-elles sur notre corps ?

Le corps et les émotions vont ensemble : quand l’un parle, l’autre réagit. 

De nombreuses études scientifiques soutiennent que les émotions ont une influence sur la douleur et le corps physique.

Il y aurait donc un lien constant entre les deux. 

En fait, il a été démontré que lorsque nous ressentons une douleur physique et une douleur émotionnelle, des aires similaires du cerveau s’activent.

Ce sont des émotions réprimées qui s’incrustent dans notre corps en attendant que nous les laissions sortir. 

Puisqu’elles ne peuvent pas se manifester, elles vont essayer de s’exprimer d’une autre façon et finissent par le faire sous forme de tensions ou de mal-être physique.

En fait, le corps est une carte qui nous aide à savoir ce que nous ressentons.

Par exemple, est-ce qu’il vous est déjà arrivé d’avoir un noeud dans la gorge, ou d’avoir mal à l’estomac avant un évènement (un entretien, par exemple).

Ce sont des signes que nous envoie notre corps pour que nous laissions sortir nos émotions.

Observez votre corps, il a un message émotionnel pour vous.

Là par exemple, qu’est-ce qu’il se passe maintenant en vous?

Que se passe-t-il dans votre corps? Quelle est l’émotion qui se cache derrière ça?

Les émotions crient quand nous ne les écoutons pas, et elles se transforment en douleur et souffrance physique. 

Certains symptômes comme les maux de tête, les difficultés à respirer, la sensation d’étouffement, le nœud dans l’estomac vous sont-ils familiers ?

Même si nous essayons de les ignorer, les sensations physiques sont bien présentes; moins nous faisons attention à elles et pire c’est, car elles s’expriment alors avec une plus grande intensité.

Très souvent, nous essayons de camoufler ces douleurs ou ces sensations derrière des médicaments qui nous soulagent momentanément.

Cependant, ce n’est pas une solution : nous mettons juste un pansement sur une blessure qui n’est pas soignée, et les émotions ne peuvent plus s’exprimer adéquatement.

Ne vaudrait-il pas mieux écouter le message émotionnel que veulent nous transmettre ces sensations corporelles ?

Des chercheurs finlandais de l’Université d’Aalto ont recensé les réactions en fonction de différentes émotions.

Les scientifiques finlandais ont cartographié les zones de notre corps qui sont le siège d’une augmentation ou d’une diminution de l’activité sensorielle lorsque nous éprouvons telle ou telle émotion. (étude menée sur 700 volontaires finlandais, suédois et taïwanais).

Selon que nous sommes heureux, triste ou en colère, nous éprouvons des sensations corporelles qui ne sont pas localisés dans les mêmes zones de notre corps.

Si nous nous nous sommes tous plus ou moins rendu compte de cette réalité un jour (boule dans la poitrine, crampes ou papillons dans le ventre, la sensation de chaleur qui envahit notre visage), nous n’avions peut être pas réalisé à quel point la localisation de ces zones corporelles activées par nos émotions variait considérablement selon la nature de l’émotion ressentie.

Les émotions de base (colère, peur, tristesse, dégoût, joie, surprise) sont souvent associées à une activité accrue dans la poitrine, en raison des modifications dans le rythme respiratoire ou cardiaque. En outre, le dégoût est plus souvent associé à des sensations au niveau du système digestif et de la gorge alors que la tristesse est liée à une moindre activité des membres inférieurs.

La fierté se concentre surtout au niveau du visage quand la peur est plus centrée dans la poitrine. Les chercheurs ont en revanche été surpris par l’importante réaction suscitée par le bonheur.

Selon le modèle obtenu, cette émotion provoque une réaction globale de tout le corps, de la tête jusqu’aux pieds, avec une intensité plus forte au niveau du visage et de la poitrine.

L’amour provoque également une réaction importante mais celle-ci ne va pas en-dessous du bas ventre.

A côté de ces augmentations, les chercheurs ont aussi observé que certaines émotions sont liées à une baisse d’activité.

Par exemple, la dépression provoque une baisse d’activité sensorielle dans les bras et les jambes. Même chose pour la tristesse qui s’accompagne toutefois d’une augmentation d’activité au niveau du thorax et des yeux. 

Prenons par exemple les sensations physiques générées par les quatre émotions de base.

LA PEUR

Il s’agit d’une émotion qui nous prévient face à de possibles dangers, qui nous aide à anticiper et à nous protéger d’une possible menace.

Au niveau physique, la peur s’exprime par : des maux d’estomac, une tension corporelle, un cœur qui s’accélère, des sueurs froides, une pression dans la poitrine, des changements d’appétit, une insomnie, des problèmes intestinaux, etc. 

Tous ces symptômes ne correspondent pas exclusivement à la peur mais peuvent être présents quand cette émotion se manifeste et nous limite.

Si vous ressentez l’une de ces sensations corporelles, vous pouvez essayer de savoir si vous avez peur ou si une autre émotion vous envahit. 

Pour pouvoir gérer la peur, il vaut mieux essayer de l’affronter plutôt que de l’éviter. 

LA COLERE

La colère est l’émotion qui nous aide à passer à l’action et à défendre nos droits quand nous sentons qu’une injustice a été commise. 

On retrouve, parmi les symptômes physiques les plus communs : une tension corporelle, une accélération de la respiration, une tension dans la mâchoire, une augmentation de la température corporelle, des maux de tête, etc.

Ces sensations physiques peuvent nous indiquer que nous sommes frustrés, et il est alors nécessaire d’apprendre à gérer cette émotion puisque, très souvent, elle est réprimée. 

LA JOIE

Cette émotion nous aide à établir des liens pour pouvoir socialiser et partager notre bonheur avec les autres. 

La joie a des symptômes physiques qui sont facilement reconnaissables : grand sourire, rire, ouverture corporelle, etc. 

Certaines personnes ont des difficultés à ressentir cette émotion agréable et ne savent pas l’identifier.

Nous autoriser à profiter des plaisirs de la vie est sain pour notre corps et notre bien-être psychologique. 

LA TRISTESSE

C’est une émotion qui nous aide à affronter les pertes et les deuils. 

Au niveau physique, elle s’exprime par : des larmes, des sanglots, une pression dans la poitrine, une respiration saccadée, un manque d’appétit, etc. 

Des sensations dont nous avons tous pu faire l’expérience à un moment donné de notre vie.

Si la tristesse ne s’exprime pas, elle peut se transformer en un poids insupportable à porter. 

Par exemple, si nous ne pleurons pas une perte (un décès, une séparation, une perte d’emploi) ou si nous ne pouvons partager notre douleur avec quelqu’un, la tristesse peut apparaître sous forme de douleurs dans notre dos ou dans une autre partie de votre corps.

Notre corps est sage et il sait ce dont il a besoin

Si nous gérons nos émotions d’une façon saine, nous pourrons entendre et comprendre le message que nous envoie notre corps. 

Cela permet d’identifier les émotions associées aux symptômes physiques et d’apprendre à les gérer pour qu’elles ne se transforment pas en douleurs physiques  qui peuvent être insupportables. 

Notre corps nous aide à mieux nous connaître si nous apprenons à interpréter ses messages émotionnels cachés et si nous lui donnons ce dont il a besoin (du repos, de l’attention, de l’amour, de l’exercice physique, etc.).

Il suffit juste d’être très attentif. 

Notre corps est notre « véhicule » pour toute notre vie : il vaut la peine de faire attention à lui et d’en prendre soin. 

Ainsi, en prenant soin de notre corps, nous améliorerons non seulement notre intelligence émotionnelle mais également notre conscience corporelle.

Tout au long de notre vie, notre corps garde en mémoire chaque expérience, chaque émotion, choc ou frustration.

Si celles-ci sont refoulées (c’est à dire non digérées), les conséquences peuvent devenir chroniques.

Cela entraine souvent des troubles du système digestif et s’inscrit dans notre façon de respirer, notre démarche, notre posture, la position de notre bassin, celle de nos épaules…

Notre ventre réagit aux émotions: lorsque nous avons peur, nous avons mal au ventre, quand nous sommes en colère, il se serre.

Même le langage courant révèle parfois notre ressenti face aux émotions « non digérées »: j’ai l’estomac noué, je n’ai toujours pas digéré ce qu’il/elle m’a dit/fait, j’ai du mal à l’avaler, j’en ai eu le souffle coupé, ça me reste en travers de la gorge, je me fais de la bile, j’ai le coeur brisé, j’ai la peur/la boule au ventre …

Quel est l’apport de la Sophrologie dans le lien corps – émotions?

Le terme SOPHROLOGIE, inspiré du grec ancien, signifie étude de l’harmonisation de la conscience; c’est une méthode qui sollicite simultanément le corps et l’esprit.

Grâce à la respiration, la détente musculaire et mentale, ainsi que la visualisation, la sophrologie vous guide pour apprendre à écouter votre corps, à mettre des mots sur ce qui se passe dans votre corps, à faire le lien entre les maux de votre corps et vos émotions, et enfin à mettre des mots sur vos émotions.
N’hésitez plus, et venez vous (re)connecter à votre corps et à vos émotions : votre corps et votre coeur vous diront MERCI.

L’émotion est le moteur du changement. 
Olivier Lockert

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s